Avoir de beaux massifs sans se ruiner

Fleurir son jardin et tout acheter en jardinerie spécialisée peut rapidement s’avérer coûteux. Mieux vaut assurer soi-même la plus grande partie des floraisons et garder son budget pour se faire plaisir. Nous vous proposons 10 conseils pour avoir de beaux massifs sans se ruiner.

Conseils pour avoir de beaux massifs

Faire des boutures à partir d’une grosse potée

Pélargos, bégonias, pétunias cascade, bidens, némésias sont disponibles dès avril en gros conteneurs. Une seule plante fournit des dizaines de boutures.
L’astuce : coupez les tiges en tronçons comprenant 1 ou 2 feuilles à la base et 1 au sommet. Enlevez celle(s) de la base et fichez les boutures dans un pot de sable et de tourbe humides enveloppé dans un plastique. Enracinement en 10 jours, jeunes plants à repiquer en mai.

Privilégier les mini-mottes de vivaces

Violettes cornues, mimulus, lysimaques mais aussi échinacées ou monardes : elles sont de plus en plus nombreuses aux côtés des annuelles :
Obtenir environ 5 à 6 jeunes plantes pour le prix d’une plante en pot. Économique, non ?
L’astuce : Surtout, ne repiquez pas les mini-mottes directement en pleine terre. Il est préférable de les faire grossir en potée durant 3 bonnes semaines. Vous pourrez les replanter dans le jardin à partir du mois de juillet.

Diviser les vivaces

Durant la période de mai à juin, c’est le moment est encore opportun pour diviser vos marguerites, phlox, asters et obtenir davantage de plants.
L’astuce : n’arrachez pas entièrement la plante, mais prélevez-en une partie en laissant au moins la moitié de la plante d’origine en place. Remplissez le trou avec du terreau pour combler. Un peu plus loin, replantez les éclats ou faites plaisir à des ami(e)s.

Préférez les vivaces prolifiques

Parmi les vivaces, bon nombre d’entre elles aiment s’étaler, il n’en faut pas beaucoup pour couvrir une surface: G. oxonianum, Geranium Rozanne, et ses variétés ont un pouvoir couvrant de 1 à 2 m² par an, comme les gauras, les persicaires ou les anthémis de jardin.
L’astuce :: plantez des vivaces en veillant à bien entourer la motte de trois ou quatre poignées de terreau de bonne qualité afin de favoriser la reprise et la croissance des plantes. Prenez garde à ce qu’elles ne manquant pas d’eau.

Choisir ce qui pousse vite et se bouture

Hélianthe, monarde, lysimaque, hélénie, origan et aster se développent vite. Mais les jeunes pousses se bouturent aussi très bien dès qu’elles grandissent. Cela retarde juste un peu les floraisons.
L’astuce : coupez l’extrémité des pousses sur 5 cm environ, sous un étage de feuilles. Gardez l’étage supérieur et fichez les boutures dans un mélange de sable et de tourbe humide, dans un sac en plastique. Enracinement en 10-15 jours.

Faire ses semis de vivaces

Monardes, hespéris, achillées, ancolies, pavots d’Orient et Phlox se produisent commodément par semis. Effectués relativement tôt, durant la période de février à mars, il donne des plantes qui fleurissent au mois de juillet. C’est économique car on obtient plusieurs dizaines de plantes pour le prix d’une.
L’astuce : Utilisez un terreau «spécial semis». Lorsqu’elle sont au stade une feuille, repiquez les jeunes plantes dans des plaques alvéolées ou dans une caissette. Dans ce nouvel environnement, chacune pourra faire sa petite motte.

Des succulentes qui se multiplient bien

Les rosettes des joubarbes se séparent facilement et donnent chacune une nouvelle plante. Les sédums rampants se détachent encore plus aisément et les grands sédums se bouturent même à partir des feuilles.
L’astuce : une fois les rosettes séparées ou les boutures prêtes, laissez-les 24 h dans un endroit frais et sec, pour que les plaies sèchent. Fichez-les dans du sable pur, elles s’enracineront mieux.

Bouturer ses hortensias

Au printemps, les hortensias se bouturent bien avant que les feuilles ne soient développées.
L’astuce : coupez des tronçons de tige de 20 cm avec trois étages de bourgeons. Plantez-les par trois dans un pot en enterrant complètement les deux paires de bourgeons les plus basses. Couvrez d’une cloche. Enracinement en trois semaines. Gardez en pot deux à trois semaines, puis replantez au jardin.

Semer sur place des annuelles généreuses

Pour obtenir des massifs bien garnis, pas la peine d’acheter tout un tas de vivaces. Le temps qu’elles s’installent, semez dans les vides des annuelles qui fleuriront vite sans gêner les jeunes vivaces.
L’astuce : semez très léger des graines fines (cosmos, pavots de Californie, juliennes de Mahon), ou parsemez quelques grosses graines (capucines), qui lèvent vite et se faufilent dans les espaces vides.

Repérer les plants multiples

Pour constituer rapidement des grosses plantes, de plus en plus de producteurs repiquent trois boutures ou plus dans le conteneur. Il suffit alors de les séparer pour obtenir autant de spécimens. Fusains, lierres, skimmias, spirées, hébés, etc., sont le plus souvent proposées ainsi.
L’astuce : pas de sentiment, tranchez la motte pour donner à chaque bouture ou jeune plante une «part» de racines équivalente. Si vous craignez de les replanter directement en pleine terre, repiquez-les en pot pour les garder durant quelques semaines sous surveillance.

Bon à savoir

Il est facile de bouturer les premières pousses des bulbes de dahlias ou de bégonias . Elles donnent alors des plantes fleuries à partir du mois d’août. Pour y parvenir, plantez-les dans un pot de terreau, et quand elles mesurent de 5 à 8 cm, coupez-les à leur base avec un cutter. Un bulbe de dahlia peut donner jusqu’à 5 à 6 boutures, autant de plantes potentiellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *